Everest Green 2017

Un projet environnemental et humanitaire ambitieux sur le toit du monde.



Et pour suivre toute l'actualité de notre projet, rendez-vous sur :

www.everest-green.fr



Construction d'un groupe scolaire post séisme

CONSTRUCTION DE LA SALYANTAR SECONDARY SCHOOL, District de Dhading (Népal)



Enjeux :

  • Reconstruction complète du groupe scolaire détruit par les séismes du 25 avril et du 17 mai 2015. Salyantar se situe près de l’épicentre du premier séisme.
  • Assurer la pérennité de l’enseignement scolaire ouvert à plus de 500 enfants de Salyantar et des villages voisins, de la maternelle jusqu’à la fin du Collège. 17 classes à rebâtir à normes parasismiques locales + annexes (Salle de réunion, salle des professeurs, bureau du Principal, toilettes et douches).
  • Contexte général :

    Une grande partie du Népal a été dévasté par une série de tremblements de terre en avril et mai 2015.

    Des milliers de personnes ont perdu la vie et encore plus ont été blessées lors d’un séisme de magnitude 7.8 sur l’échelle de Richter qui a frappé la capitale du Népal Katmandu et ses régions environnantes le 25 avril 2015. Ont été particulièrement touchées les Districts de Dhading (Où se situe notre projet), Dolokha, Gorkha , Sinddupalchowk, Solu Khumbu, Rolwaling, Langtang. Les autres régions ont été impactées mais dans une moindre mesure, ce qui ne signifie pas que bon nombre de maisons ont été détruites.
    17 jours plus tard un autre séisme de magnitude 7.3 a frappé encore le Népal, avec son épicentre dans la région de Dolokhola. Ce deuxième séisme semble avoir été encore plus destructeur que le premier. L’ensemble des habitants du Népal vivent dans la crainte perpétuelle d’un autre gros tremblement de terre qui anéantirait définitivement les maisons restés debout, mais partiellement fissurées et instables.



    Cette double catastrophe naturelle a causé des dégâts matériels et humains majeurs à la nation en détruisant un nombre impressionnant de maisons d’habitation, de bureaux, de monuments, d’écoles, de routes, de réseaux d’eau, etc.. Sans parler des gros dégâts psychologiques subis par une population déjà très pauvre (Le Népal est le 140ème pays le plus pauvre du monde à l’indice de pauvreté sur 180…), et qui vit désormais dans la peur et le stress permanent, à tel point que bon nombre de Népalais refusent encore de rejoindre leurs habitations préférant dormir sous tente. On peut estimer que cette catastrophe aura fait environ 10 000 morts, le double de blessés, et environ le tiers du pays impacté de près ou de loin. De toutes les façons, on ne connaitra jamais le bilan définitif de cette catastrophe, tant la gestion de l’état civil népalais est déjà en temps normal plus qu’aléatoire.



    Contexte particulier de l'éducations:

    Selon eartquake.com, 334 000 étudiants ont vu leurs salles de classes détruites complètement, 137 000 sévèrement endommagées, et 160 000 partiellement détruites. La Salyantar Higher Secondary School qui fait partie de la première catégorie est administrée par le Salyantar Village Development Committee, Ward numéro 7, dans le District administratif de Dhading, à environ 130 kilomètres de Katmandu, accessible par une route à la limite du carrossable. L’école de Salyantar est une école gouvernementale publique crée en 1950.

    Le District de Dhading où se situe le village de Salyantar constitue l’un des 75 Districts du Népal (L’équivalent d’un département chez nous). Le chef-lieu du District est Dhading Bési, et l’ensemble du District couvre une superficie de 1926 km2 pour une population de 336 067 habitants vivant dans plus de 62 759 habitations. Seulement 10 986 de ces habitations ont accès à l’électricité. Les castes hindouistes vivant à Salyantar sont essentiellement Kumal et Darai et la majorité des habitants vivent d’une petite agriculture extensive qui suffit juste à leur survie. Ils cultivent essentiellement le riz et le millet en terrasses autour du village.



    La Salyantar higher secondary school : réparation ou reconstruction ?

    Selon les experts dépêchés sur place, la Salyantar Higher Secondary School a subi des dégâts irrémédiables au point qu’il n’est pas pertinent de la réparer avec les moyens du bord, mais plutôt de la reconstruire de toutes pièces, sur un nouveau site mis à disposition par Le Village Development Committee, en y intégrant les nouvelles normes parasismiques désormais applicables au Népal pour les bâtiments publiques. Des discussions ont été engagées sur place par Pemba Sherpa, correspondant permanent de Montagne & Partage au Népal pour recueillir le point de vue des responsables villageois. Tous s’accordent à l’idée de reconstruire entièrement l’école sur un autre site dédié, mis à disposition par la Municipalité, mais surtout avec des techniques et matériaux susceptibles de résister à d’éventuels autres tremblements de terre.



    Le défi proposé à Montagne et Partage :

  • Tout d’abord un défi humain extraordinaire
  • Celui de permettre à 511 enfants, un nouveau départ dans l’apprentissage élémentaire du savoir, condition minimum d’accès à un avenir meilleur. A l’heure actuelle, les enfants répartis entre 252 garçons et 259 filles suivent leur cours de manière sporadique sous tentes de fortune érigées par l’UNESCO, et au gré des aléas climatiques. C’est ainsi que les cours sont suspendus en période de mousson (Juin à septembre). L’enseignement dispensé par des enseignants rémunérés par Le Ministère de l’Éducation du Népal comprend 13 niveaux, allant de la Maternelle au la fin du Collège, répartis dans 19 classes utilisées en alternance matin et après-midi.

  • Ensuite un défi technique réalisable
  • Celui de construire un groupe scolaire entièrement neuf, aux normes parasismiques népalaises (Béton armé, joints de dilatation, etc.), dans des conditions de confort redéfinies et plus agréables.
    Pemba Sherpa, correspondant officiel de Montagne & Partage au Népal s’est rendu sur place début mai 2015 pour évaluer les dégâts et rencontrer les autorités locales du Village Develpment Committee, et recueillir leurs attentes. Dans le contexte global de la reconstruction du village de Salyantar (Maisons de briques et de torchis, 90% sont à reconstruire…), il apparaît que la reconstruction de l’école revête un caractère prioritaire, car l’éducation prime sur tout le reste, et concerne des enfants, déjà bien marqués par la vie. Certains ont perdu des membres de leur famille dans cette catastrophe et vivent dans un grand dénuement, en dessous du seuil de pauvreté.
    Sur le plan purement technique, il se trouve que l’ingénieur spécialiste des constructions publiques du district de Dhading est originaire du village de Salyantar. Concerné au premier plan par le sort de son village natal, il s’est proposé naturellement pour réaliser gratuitement l’ensemble des plans nécessaires à la mise en œuvre du projet et pour le suivi permanent du chantier dans le respect des normes établies par le cahier des charges de construction.

    La construction opérationnelle sera confiée à notre correspondant local permanent Pemba Sherpa, qui va constituer autour de lui une équipe d’ouvriers compétents, encadrés par un contremaitre. La plupart des villageois ont accepté d’apporter leur concours ponctuel gratuit pour des tâches manuelles spécifiques comme le creusement des fondations ou le coulage des dalles. Il nous est apparu essentiel de conserver la maitrise d’ouvrage complète du chantier pour contrôler le timing, le respect des normes, la qualité des matériaux achetés, ainsi que le règlement des factures dans le strict respect des budgets prévisionnels acceptés. Même si cela prend beaucoup d’énergie, notre expérience nous a appris qu’il fallait maitriser nos projets humanitaires de A à Z pour éviter toutes les dérives corruptives endémiques au pays…



  • Enfin, un défi financier important à relever
  • Les premiers éléments budgétaires reçus (Disponibles sur demande), établis par les services d’ingénierie de la Ville de Dhading Bési font apparaître une dépense de 9 437 004 NPR (Soit environ 85 790 € au taux de change de juin 2015), auquel il faut ajouter les frais du personnel de construction rémunéré par nos soins et des petits équipements divers (Tableaux des salles de classe, lampes, ventilateurs, fournitures scolaires, etc.), soit environ 1 631 300 NPR (Soit environ 14 830 €).

    In fine, le projet tel qu’il est présenté représente un investissement global de 100 000 €, un défi financier important que Montagne & Partage a décidé de relever grâce à la mobilisation de ses membres et l’aide de ses nombreux partenaires extérieurs.

    Montagne & Partage a dépensé beaucoup d’énergie depuis le début des évènements dramatiques survenus au Népal, mobilisé ses membres et leurs réseaux, organisé environ une dizaine d’opérations de collectes de dons dans toute la France. Un bel élan de solidarité s’est engagé pour venir en aide au peuple népalais dans la souffrance et le plus grand désarroi.

    Fidèle à ses principes fondateurs et à son engagement prioritaire en faveur des enfants et de l’éducation, dans le cadre d’un bénévolat entier et irréprochable (Moins de 1,5% de frais de fonctionnement en 2014… perspective inférieure à 1% en 2015 !), Montagne & Partage a l’ambition réussir ce projet d’une certaine ampleur. Certes, cette construction complète d’un groupe scolaire ne constitue qu’une goutte d’eau dans l’océan de pauvreté du Népal, mais une goutte d’eau si attendue et qui réchauffe le cœur de nos amis népalais.

    Et si on se donnait un objectif encore plus ambitieux ?

    Nos premiers contacts établis sur place nous ont permis d’instaurer une relation de confiance avec nos interlocuteurs locaux du Village Development Committee. Une analyse plus fine de la situation et des besoins réels nous a conduit naturellement à envisager d’ajouter au projet initial la construction d’une salle d’informatique toute équipée, avec 15 postes en réseau gérés par un professeur référent, ainsi qu’une petite bibliothèque dotée dans un premier temps de 500 livres choisis par l’équipe des enseignants. Cet équipement serait également rendu accessible aux villageois éduqués, ce qui malheureusement n’est pas le cas de la majorité de la population.

    Ce serait une belle façon d’apporter un petit plus à des enfants déjà bien marqués par les conséquences de ces évènements dramatiques (Certains ont perdu des membres de leur famille et la Directrice de l’École a succombé). Dans leur malheur, les élèves de la Secondary Higher School de Salyantar ont eu la « chance » que le premier tremblement de terre ait eu lieu un samedi, jour de fermeture de l’école… Sinon de très nombreux enfants ne pourraient pas profiter du nouveau projet qu’on leur propose…

    Nos premières estimations financières pour ces travaux additionnels font apparaître un coût de l’ordre de 30 000,00 €, répartis comme suit :
    - Construction d’une salle informatique : 9 000 €
    - Mobilier spécifique et câblage : 2000 €
    - Fourniture de 15 ordinateurs Bell en réseau avec imprimantes et logiciels dédiés : 5000 €
    - Construction d’une petite bibliothèque : 9 000 €
    - Mobilier spécifique et étagères : 2000 €
    - Fourniture de 500 livres choisis par l’équipe d’enseignants de l’école : 3000 €

    Montagne & Partage doit encore se mobiliser pour réunir les ressources financières nécessaires à la réalisation des ces deux projets complémentaires qui donneront encore plus de sens à notre engagement humanitaire commun, au nom de la grande fraternité des peuples du monde.


    Pour que les enfants du Népal retrouvent le plaisir d’apprendre…



    Construction d'une école primaire

    Construction de l'école primaire de BAHIRA BALAK pour enfants sourds et muets à Rajbiraj (Népal).

    Du rêve à la réalité...



    Construction d'une école secondaire

    Construction de l'école secondaire JANTA MA VI à Katayia (Népal).

    Du rêve à la réalité... Instruire et éduquer les enfants des communautés défavorisées au Népal.



    Equipement en mobilier

    Equipement en mobilier scolaire de l'école primaire de Biratnagar (Népal).

    Du rêve à la réalité...



    Informatisation d'une école

    Informatisation de l'école de Hewa dans le Solo Khumbu (Népal).

    Du rêve à la réalité...



    Formation sherpas

    Formation des sherpas à la sécurité et aux techniques alpines (Népal).



    Parrainage d'enfants népalais

    Bourses d'éducation, d'apprentissage du français et de grand handicap.



    Expo Photos Himalaya
    Mémorial Manaslu

    Construction d'un mémorial à Samagaon en hommage aux victimes de l'avalanche du Manaslu le 23 septembre 2012



    FAITES UN DON A NOTRE ASSOCIATION

    Envie de soutenir notre association ?
    Faites un don ou rejoignez-nous en adhérant à l'association.